COLLABORATEURS


Post-doctorants

Hélène Thibault

Thibault_Photo1Mes intérêts de recherche portent sur le monde post-soviétique, l’ethnographie, les identités religieuses, les migrations internationales du travail et les questions de genre. Ma connaissance de l’ex-URSS s’est approfondie lors de nombreux séjours sur le terrain; en Géorgie, au Kirghizstan, en Ouzbékistan, en Ukraine et au Tadjikistan. J’ai participé à plusieurs projets de l’Organisation de la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), notamment des missions d’observation électorale en Ukraine.

J’ai complété ma thèse en science politique à l’Université d’Ottawa en 2014. Celle-ci s’intéressait à l’impact du projet de sécularisation soviétique dans la redéfinition des identités religieuses au Tadjikistan depuis l’indépendance. En se basant sur une vaste enquête de terrain effectuée dans le nord du Tadjikistan, la thèse présente le renouveau religieux dans une perspective locale en abordant les expériences vécues des musulmans ‘born-again’. Je démontre que les valeurs islamiques ont remplacé l’idéologie soviétique, en raison des affinités entre les doctrines islamique et soviétique, notamment leur caractère holistique. Un livre inspiré de la thèse fera l’objet d’une publication chez I.B. Tauris en 2016.

J’ai entamé des recherches postdoctorales au sein de la Chaire de recherche en étude du pluralisme religieux en 2014 en tant que boursière du Cérium. En 2015, j’ai obtenu un financement du FRQSC de deux ans afin de poursuivre mes recherches qui portent désormais sur la question migratoire en ex-URSS. Je m’intéresse plus particulièrement à la pratique religieuse des travailleurs migrants originaires de l’Asie centrale en Russie. Je tente de mettre en lumière la façon dont le caractère temporaire de la migration ainsi que les liens historiques entre les anciennes Républiques donnent une teinte particulière à l’expérience migratoire et religieuse.

Publications choisies :

– (À paraître) Thibault, Hélène. 2016. Transforming Tajikistan: State-building and Islam in Post-Soviet Central Asia. London: I.B Tauris.

– Thibault, Hélène. 2016. “Female virtue and State ideology in Tajikistan”. The Central Eurasia – Religion in International Affairs Brief, n. 10, January.

– Thibault, Hélène. 2015. “The Soviet Secularization Project in Central Asia: Accommodation and Institutional Legacies”. Eurostudia 10(1); 11-31.

– Thibault, Hélène. 2013. “The Secular and the Religious in Tajikistan: Contested Political Spaces”. Studies in Religion/Études religieuses 42(2); 173-189.

__________________________________________________________________

Doctorants

 

Emilie Audy

Photo Émilie Audy

Depuis septembre 2010, je suis candidate au doctorat à l’Université de Montréal sous la direction de Valérie Amiraux. Mes recherches portent sur la religion comme facteur de négociation des pratiques de soins dans les services de santé périnatals. L’objectif de l’étude est de déterminer comment la négociation définit l’espace attribué à la religiosité dans les services de santé. Partant de l’hypothèse que les intervenants travaillant au sein des établissements de santé et les usagers sont responsables de l’espace attribué à la religiosité, je désire décrire les interactions entre ces derniers afin de déterminer dans quelles conditions se négocie cet espace. Une ethnographie des services de soins à domicile postnatals au CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent me permettra de répondre à ma question de recherche.

Je suis agente de recherche dans un établissement de première ligne, soit le CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent. J’ai contribué à plusieurs études, notamment sur l’isolement des aînés à Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent; sur l’articulation des différents réseaux (formels, informels, communautaire, etc.) mobilisés chez les 75+ ans; le comportement informationnel des immigrants en matière d’intégration au marché professionnel, ainsi qu’à un projet qui vise à chiffrer les solidarités familiales.

Publications

AUDY, Emilie (2014). «Les infirmières en soin à domicile : entre vocation et profession», Actes de colloque, XIe Colloque de l’ACSSUM, Tradition(s) : Au-delà des idées reçues, pp. 55-69.

AUDY, Emilie et COUTURIER, Yves (2013). «Des connaissances et des stratégies intercultuelles pour rompre l’isolement des aînés». Carnet synthèse InterActions, Centre de recherche et de partage des savoirs de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent, Vol. 1, 24 p.

Conférences récentes (2013-2014)

« Religiosity, Negotiation and Healthcare: The Case of Postnatal Home Monitoring», Norms of Religious Minority Workshop, Victoria 2014.

« Suivis postnataux à domicile en milieu multiethnique : l’adaptation des pratiques de soins», Colloque international du CÉLAT, Représentation et expérience du vivre-ensemble dans les sociétés contemporaines: un état des lieux, Québec 2014.

« Croyances, rituels et pratiques religieuses comme facteurs d’ajustement des pratiques de soins : le cas des sages-femmes et infirmières en périnatalité », 3e Colloque pour étudiants et jeunes chercheurs sur le religieux contemporain, Université de Sherbrooke. 2014.

« Les infirmières en soins à domicile : entre vocation et profession », Colloque de l’ACSSUM, Université de Montréal — prix de la meilleure présentation (250$). 2014.

« Les proches aidants : la plaque tournante des soins », Conférencière au Collège Merici pour les cours d’économie en Sciences humaines. 2014.

« Les personnes âgées et les soins de santé de première ligne », Participation à l’Université populaire de Montréal. 2013.

____________________________________________________________________________

Adrien Jouan

Adrien Jouan

Doctorant contractuel à l’Université Bordeaux 2, membre du Centre Emile Durkheim, inscrit en cotutelle de thèse à l’Université de Montréal, je partage mon temps, ma formation et mon travail de terrain entre la France et le Canada. Mes recherches, conduites sous la direction de Valérie Amiraux (UdeM) et de François Dubet (Bordeaux 2), portent sur une comparaison des mouvements sociaux de soutien aux étrangers en situation irrégulière dans trois villes, dans trois pays : à Bordeaux (France), à Montréal (Québec, Canada) et à Phoenix (Arizona, États-Unis) – où je projette de séjourner prochainement. L’idée générale de mon projet de thèse est de mettre en perspective les mobilisations en faveur des étrangers sans-papiers (mode de constitution, de fonctionnement, de recrutement, d’action) dans trois contextes nationaux contrastés, où la question de l’immigration occupe néanmoins une place centrale, afin de mettre en relief – c’est une hypothèse qui guide mon travail – la similarité des répertoires d’action déployés par ces acteurs et de souligner la singularité des imaginaires nationaux qui, à mon avis, sous tendent ces luttes. Sur le plan méthodologique, je privilégie une approche ethnographique permettant d’étudier simultanément les acteurs de ces mouvements, dans la lignée d’une sociologie de l’engagement, et la gamme des modes d’action qu’ils privilégient, en croisant alors les apports, récents en la matière, de la sociologie du droit à ceux, en discussion perpétuelle, de la sociologie des mouvements sociaux.

Domaines de recherche et de compétences:
  • Sociologie des mouvements sociaux et de l’engagement militant
    Sociologie du droit
  • Sociologie de la nation
  • Comparaisons internationales
  • Méthodes qualitatives et quantitatives
Contacts : adrien.jouan@u-bordeaux2.fr ; adrien.jouan@umontreal.ca
 ___________________________________________________________________
 

R. Maria Tagliente

Photo Rosaria Maria Tagliente

Direction de doctorat : Valérie AMIRAUX et Barbara THERIAULT

Titre provisoire de thèse : La religion au quotidien. Ethnographie de la religion vécue dans le contexte urbain de Taranto (Italie)

Doctorante au Département de Sociologie de l’Université de Montréal et membre de l’IRTG-Diversity, j’ai obtenu mon diplôme de maîtrise en Sciences internationales à la Faculté des Sciences politiques de l’Università degli Studi di Siena (Italie) en étudiant, dans mon mémoire, la question de la conciliation entre le caractère universel des droits de l’homme et la diversité culturelle. J’ai terminé mon cursus de premier cycle en Sciences internationales et diplomatique, à la Faculté des Sciences politiques de Forlì (Bologne, Italie), en présentant un travail historique sur Mehdi Ben Barka. Durant l’année académique 2006/2007 j’ai participé au programme d’échange Erasmus qui m’a permis d’étudier à l’IEP de Lille et d’obtenir un Certificat d’études politiques. En 2009, grâce à une bourse de mobilité internationale de l’Université de Siena, j’ai pu passer le trimestre d’automne à la Faculté de Droit de l’Université de Montréal. Collaboratrice de la Chaire de recherche en étude du pluralisme religieux et de la Chaire de recherche sur les religions en modernité avancée, je suis également étudiante-membre du Projet religion et diversité (CRSH).

Au début de mon doctorat, je m’intéressais principalement à la laïcité et à la gestion du multiculturalisme. Cependant mes recherches m’ont conduite à m’intéresser plus spécifiquement à la manière dont les individus vivent leur religion au quotidien dans l’espace urbain à l’époque contemporaine. A travers mon projet de thèse, j’envisage d’enquêter sur la façon dont les individus vivent leur religion au quotidien, de comprendre de quelle manière les acteurs sociaux voient et interprètent le monde qui les entoure dans les différentes situations et expériences de la vie quotidienne.

Communications

« Espagne et Italie face au crucifix : étude comparative de la jurisprudence des tribunaux administratifs régionaux respectifs », 32ème Conférence de la Société Internationale de Sociologie des Religions (SISR), 27 – 30 juin 2013, Turku, Finlande.

« La mobilité spatiale et temporelle dans les études sur le pluralisme religieux », Colloque Mobilité(s) organisé par l’ACSALF, 14 – 17 octobre 2014, Université d’Ottawa.

Invitée à la journée d’étude IRTG Diversity / ACSALF « Après la Charte : Questionner ‘racismes et diversités’ », 15 mai 2014, INRS.

___________________________________________________________________

Samuel Blouin

Photo Samuel Blouin 2014

Doctorant et boursier Vanier, j’ai débuté une thèse au Département de sociologie de l’Université de Montréal en cotutelle avec l’Université de Lausanne à l’Institut de sciences sociales des religions contemporaines. Entre le Canada et l’Europe, je m’intéresse aux liens qu’entretiennent les convictions intimes des individus avec ce que j’appelle les « valeurs publiques », en mobilisant une approche ethnographique me permettant d’approcher de façon concrète le travail juridique engagé pour protéger les libertés de conscience et de religion. Ce projet doctoral s’inscrit dans la poursuite de mon travail de maîtrise dans lequel j’ai proposé une conceptualisation novatrice de la « conversion ». Inspiré par la tradition pragmatiste qui se penche sur les rapports aux valeurs et aux publics, et quittant ainsi une lecture exclusive sous l’angle religieux, j’ai défini la conversion comme un concept permettant d’analyser les passages de l’intimité à la publicité des convictions individuelles au cours de trajectoires. J’ai bénéficié du soutien financier du CRSH et du FRQSC pour cette maîtrise (2013-2014).

Mes idées se sont notamment développées au cours de plusieurs séjours à l’étranger : Visiting student à l’Institut universitaire européen (2014), DAAD Study Tour to the German-Polish Border Region (2013), école d’été à la Humboldt-Universität zu Berlin (2013), participation à un atelier international de recherche et d’actions sur les discriminations et les inégalités à Lille (2013).En parallèle de mes travaux de recherche, j’agis à titre de coordonnateur de la Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux depuis l’automne 2014. Je suis également associé à l’équipe PLURADICAL (FRQSC, renouvelée 2014-2018) depuis 2011 et j’ai coordonné le séminaire sur l’ethnographie à l’hiver 2013 (4 séances) qui visait l’acquisition d’une base commune de connaissances à partir de la lecture de textes classiques et contemporains.

Pour souligner mon engagement, la Fondation Desjardins m’a décerné la bourse d’études Coopération et démocratie en 2012.

 

PUBLICATIONS CHOISIES

Blouin, Samuel (2014). « La conversion au-delà du changement d’identité religieuse : essai de définition d’un concept », Actes du Colloque « Je est un autre : regards croisés sur les frontières de l’identité », organisé par le Centre étudiant Benoît-Lacroix.

Blouin, Samuel (2013). « Du pluralisme religieux au pluralisme des valeurs : comment la figure du « converti » ouvre des possibilités d’observation », Publication étudiante de la Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux, Montréal, 7 p.

Amiraux, Valérie, Samuel Blouin et Benjamin Prud’homme (2012). « ‘Crimes d’honneur’ : Retour sur quelques situations européennes », Canadian Criminal Law Review / Revue canadienne de droit pénal, vol. 16, nº 2, p. 195-221.

COMMUNICATIONS CHOISIES

Blouin, Samuel (2014). « La conversion comme mobilité, au-delà du synonyme », Colloque « Mobilité(s) » de l’Association canadienne des sociologues et anthropologues de langue française (ACSALF), atelier 24 « Le religieux conjugué au pluriel », Université d’Ottawa, 16 octobre 2014.

Blouin, Samuel (2014). « La conversion au-delà du changement d’identité religieuse : essai de définition d’un concept », Colloque « Je est un autre : regards croisés sur les frontières de l’identité », organisé par le Centre étudiant Benoît-Lacroix, Université de Montréal, 11 février 2014.

Blouin, Samuel (2013). « Des « conversions religieuses » au concept de conversion : nouveau regard et enjeux épistémologiques », Colloque « Nouveaux objets / nouveaux regards » de l’AEEAS-UQÀM, 15 et 16 novembre 2013.

Blouin, Samuel. « Rompre avec les traditions ? Nouveau regard sur les conversions religieuses », Colloque des cycles supérieurs de sociologie, Université de Montréal, 29 mars 2013. 

 
 
__________________________________________________________________

Étudiants à la Maîtrise

Javiera Araya-Moreno

Javiera Araya-MorenoJ’ai obtenu ma licence en sociologie à l’Université du Chili avec une recherche sur le rôle de l’Église catholique dans l’espace public chilien, avec un corpus théorique qui met en lien les notions d’association religieuse, d’espace public et du rôle de l’État dans la régulation du religieux et à travers une méthodologie basée sur l’analyse de “lettres au directeur” des principaux journaux. Dans le cadre des activités de la Chaire, j’ai principalement collaboré aux activités liées à la réflexion sur la relation entre le pluralisme et la radicalisation religieuse en contexte minoritaire (les séminaires de discussion, la révision bibliographique).

Actuellement, je travaille sur trois thématiques différentes: la construction d’une définition interdisciplinaire du comportement économique et son application au cas des Chiliens (au centre de recherche OIKOS, affilié au Département d’Anthropologie de l’Université du Chili), les tensions propres à la formulation de dispositifs qui combinent des éléments politiques et des éléments techniques pour résoudre des conflits sociaux ou pour formuler des politiques publiques (en tant qu’assistante de recherche d’un projet sur les conseils consultatifs de la présidence) et finalement l’application de techniques d’intervention “à l’échelle du quartier” à des phénomènes d’immigration à Santiago (dans le cadre des noyaux de recherche en quartiers et en intégration des immigrants internationaux du Département de Sociologie de l’Université du Chili).

  • (2010). Recension du livre de Micheline Labelle, François Rocher et Rachad Antonius (dirs.) Immigration, diversité et sécurité. Les associations arabo-musulmanes face à l’État au Canada et au Québec.  en Recherches Sociographiques, 51 (1-2): 233 – 235.
  • (2009).“Religión y poder. Hacia una construcción de la problemática en América Latina [Religion et pouvoir. Vers une construction de la problématique en Amérique latine].” Némesis. Revista de los Estudiantes de Ciencias Sociales de la Universidad de Chile, 7:  21-23.

 

_____________________________________________________________________________

Benjamin Prud’Homme

BP photo

Benjamin Prud’homme est candidat à la maîtrise en droit à l’Université de Montréal. Ses recherches, poursuivies en affiliation
avec le Centre de recherche en droit public, portent sur l’interdisciplinarité dans l’enseignement du droit et l’obligation ajuridique à travers une perspective critique et pluraliste du phénomène juridique. Il a également participé au International Law Summer School de l’Université de San Diego sous la bourse Study Abroad. En 2012, il a été Aisensdadt Fellow à l’Université McGill, au Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique.

 En 2009, Benjamin a fondé l’organisme de coopération internationale Projet Rafiki, qu’il co-préside toujours. Pour ses engagements envers les droits humains, il a été lauréat en 2011 du prix Forces Avenir, Personnalité 1er cycle. Il est le récipiendaire de plusieurs bourses, dont la bourse d’excellence de la FESP et la bourse pour l’excellence parlementaire de la Fondation Jean-Charles Bonenfant. En 2011, il a été demi-finaliste international du prestigieux Concours de plaidoirie Jean-Pictet.

Publications

Avec comités de révision par les pairs

Benjamin PRUD’HOMME, « Critical Review of Michael PERRY. The Political Morality of Liberal Democracy », dans Revue québécoise de droit international, 2012, À paraître.

Benjamin PRUD’HOMME, « Un usage linguistique nouveau et croissant: l’intervention comme phénomène d’autorité hybride par rapport à la division droit public/droit privé  », dans Chantiers de l’intervention en sciences humaines, Interdisciplinarité pratique et action professionnelle, Volume 1, numéro 3, 2012.

Valérie AMIRAUX, Samuel BLOUIN, Benjamin PRUD’HOMME. « “Crimes d’honneur”: retour sur quelques situations européennes » dans Canadian Criminal Law Review, vol. 16, no. 2, 2012, p. 96 à 120.

 Violaine LEMAY et Benjamin PRUD’HOMME, « Former l’apprenti juriste à une approche du droit réflexive et critique, mais aussi sereinement positiviste : l’heureux exemple d’une revisite du cours de Fondements du droit à l’Université de Montréal » dans Les Cahiers de droit, vol. 52, no. 3-4, 2011, p. 581 à 617.

Chapitres d’ouvrages collectifs

Benjamin PRUD’HOMME, Sophie GAGNON et Samuel BLOUIN. « Guy Rocher et la jeunesse québécoise : l’inspiration au-delà des frontières idéologiques et disciplinaires » dans K. BENYEKHLEF et V. LEMAY (dir.), Guy Rocher : Le savant et le politique. Presses de l’Université de Montréal, À paraître.

Violaine LEMAY, Samia AMOR, Benjamin PRUD’HOMME, Takwa SOUISSI. « L’interdisciplinarité comme instrument d’efficacité accrue en matière de protection des minorités par le droit : jeunesse chômeuse et femme musulmane face aux périls du sens commun » dans E. BROUILLET (dir.), La mobilisation du droit et le pluralisme communautaire, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, À paraître.

Communications

Lynne KASSIE et Benjamin PRUD’HOMME. « Les faits sur l’union de fait: l’affaire Éric c. Lola », Annual Conference of the Association de planification fiscale et financière, 3 octobre 2012.

Benjamin PRUD’HOMME. «L’interdisciplinarité en droit. Défis, obstacles et apports d’une approche savante utile et complémentaire», Colloque étudiant Droit, changements et gouvernance, Centre de recherche en droit public, Université de Montréal, February 9th, 2012.

Violaine LEMAY et Benjamin PRUD’HOMME, « La revisite épistémologique au profit de l’enseignement du droit : l’heureux exemple de la formation d’apprenti-juristes réflexifs et critiques, mais aussi sereinement positivistes », Conference Méthodologie et épistémologie juridiques : nouvelles perspectives, Université Laval, 12 novembre 2010.

____________________________________________________________________________

Valentina Gaddi

Photo Valentina GaddiAprès six mois de terrain de recherche entre l’Italie et le Maroc, j’ai rédigé mon mémoire portant sur les thématiques du genre et de la migration, et plus spécifiquement sur l’identité des femmes marocaines migrantes, pour l’obtention de mon diplôme en Éducation Interculturelle à l’Université de Bergame.

J’ai ensuite poursuivi mes études avec le « Master Européen en Médiation InterMéditerranéen », dans les trois villes de Barcelone, Venise et Montpellier. Cette expérience unique fut pour moi l’occasion de développer mes compétences et connaissances sur des problématiques qui touchent l’espace euro-méditerranéen – migration, développement, pluralisme – dans une perspective interdisciplinaire (économique, sociologique, historico-politique et culturel). J’ai continué a m’intéresser à la thématique de la migration, mais avec un regard particulier sur la question demandeurs d’asile en provenance de Libye, suite à la guerre civile en 2012. Mon travail de recherche sur le terrain a abouti en un mémoire qui visait à fournir un regard critique sur la gestion ‘’en émergence‘’ de ce phénomène en Italie, en montrant les responsabilités des Etats des deux rives de la Méditerranée, dans une véritable « construction » de cette émergence. Dans un souci de changer de registre, pour parler à un public plus large d’un thème aussi actuel que celui de la migration j’ai “traduit” mon mémoire dans le documentaire “Ego Etiam Advenus”, à l’aide de la réalisatrice Ilaria Pezone.

Inscrite en maitrise à l’Université Ca’ Foscari de Venise en Relation Internationales, depuis le mois d’avril 2012, j’ai eu la possibilité de me joindre à l’équipe en émergence Pluradical dans la cadre d’un stage de recherche au cours duquel je souhaite approfondir la question de la gestion de la diversité à l’échelle de la ville de Montréal. Je propose de suivre plus spécifiquement le cas des communautés juives hassidiques et les défis que leur présence constitue pour l’ensemble de la société québécoise, notamment quant à son projet de société pluraliste et ouverte. J’aimerais conduire ma réflexion en privilégiant une perspective ethnographique visant en particulier à observer sur le terrain comment cette communauté s’insère dans la vie urbaine montréalaise et négocie sa présence, avec les institutions, mais surtout dans les relations quotidiennes de voisinage.

 

____________________________________________________________________________

Anna Goudet

Anna Goudet photo

J’ai obtenu ma maîtrise de sociologie à l’Université de Montréal sous la direction de Valérie Amiraux en 2014. Mon mémoire « Le drame social du travail d’escorte indépendante à Montréal » est l’aboutissement d’un travail de terrain qui a consisté à retracer les carrières d’escortes et les tensions qui les traversent afin de rendre compte de la complexité du « drame social » que constitue cette activité. Cette recherche s’inscrit dans une perspective interactionniste et puise son cadre conceptuel dans les sociologies des professions, du stigmate et de la déviance, respectivement construites autour de Hughes, Goffman et Becker.

Aujourd’hui, mes intérêts de recherche sont pluriels. Les principales thématiques sur lesquelles je suis amenée à travailler en ce moment sont le pluralisme religieux dans ma collaboration avec la Chaire et la violence conjugale dans mon engagement actif dans l’organisme communautaire Concertation-Femme (réalisation d’un portrait du quartier Bordeaux-Cartierville).

 

_____________________________________________________________________________

Anciens collaborateurs

 

Postdoctorants

Valérie Behiery

Valérie Behiery, récipiendaire de bourses CRSH et FCAR, a reçu sa maîtrise de l’Institut d’études islamiques et son doctorat du département d’Histoire de l’art et d’études en communication à l’Université McGill. Ses intérêts de recherche portent sur les productions artistiques historiques et contemporaines du monde musulman qu’elles en soient issues ou qu’elles y soient enracinées. Sa thèse de doctorat analyse la représentation de la femme musulmane dans l’art contemporain dans l’objectif d’articuler les façons dont des artistes contemporains – souvent des femmes musulmanes non voilées- utilisent le signe « chargé » du voile pour en fait contourner et déconstruire les stéréotypes qu’il a fini par incarner. En 2009-2010 elle a été chercheuse associée à l’Institut Simone de Beauvoir de l’Université Concordia, ainsi que consultante en art islamique au Musée des beaux-arts de Montréal. La même année, elle a fait partie du comité scientifique du Colloque International Max et Iris Stern 4, Art + Religion, organisé conjointement par le Musée d‘art contemporain de Montréal et l’Université Concordia. Elle est présentement stagiaire postdoctorale à la Chaire de recherche en étude du pluralisme religieux et de l’ethnicité au Ceetum où elle continue sa recherche sur les représentations de l’islam dans la culture visuelle, ainsi que sur l’esthétique de l’altérité et de la biculturalité.  
Image : ©ArwaAbouon

Publications

  • (À paraître 2011).  « Soheila Esfahani and Arwa Abouon: A study of Two Muslim Canadian Contemporary Artists. » In L. Lerner (ed.) Contemporary Art and Religion. Montreal ; Kingston : McGill-Queen’s University Press.
  • (À paraître 2011). Entries on Nabawiyya Musa and Huda Sha‘arawi. In T. Wayne (ed.) Landmarks in Feminist Writing. CA : ABC-CLIO.
  • (À paraître 2011). Chapter on Islamic art collection. In N. Bondil (ed.) 3rd Publication  of the Montreal Museum of Fine Arts, Volume on non-western collections. Montreal: MBAM/MMFA.
  • (À paraître 2011). « Alternative Narratives of the Veil in Contemporary Art. » Comparative Studies of South AsiaAfrica and the Middle East.
  • (2010). « Everyday Poetics: The Autobiographical Art of Arwa Abouon. » Islamic Arts Magazine, 5 : 215-230.
  • (2010) Rev. of Clothing: A Global History (Polity, 2008) by Robert Ross. Canadian Journal of History, 45 : 185-187.
  • (2009). « Discours alternatifs du voile dans l’art contemporain. » Sociologie et sociétés, 41 (2): 299- 325.
  • (2003). Rev. of Gendered Modernities : Ethnographic Perspectives (Palgrave, 2002) by Dorothy Hodgson (ed.). Women in Development Newsletter (WID), Dept. of  Women and Development, Michigan State University, pp. 19-19.
  • (2002-2003). « Marxist and Third Worldist Elements in Iranian Revolutionary Art: The Representation of Internationalism, Popular Legitimization, Gender and the Sancrosanct Leader. » McGill Journal of Middle East Studies, 7: 47 -70.

________________________________________________________________________

Frédéric Dejean

Je suis un ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Agrégé de géographie, j’ai soutenu en novembre 2010 une thèse de géographie des religions portant sur les dimensions spatiales des communautés évangéliques et pentecôtistes, principalement des Eglises issues de l’immigration récente, en Seine-Saint-Denis (région parisienne) et dans deux arrondissements de Montréal (Rosemont et Villeray). Ce travail a été conduit en cotutelle, entre l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (sous la direction du géographe Hervé Vieillard-Baron) et l’INRS-UCS (sous la direction de la sociologue Annick Germain). En tant que géographe, j’ai privilégié une entrée par le biais des lieux de culte. Il s’agissait de voir comment les Eglises étudiées avaient accès à des locaux, et quelles étaient leurs stratégies pour se rendre visibles, ou au contraire rester invisibles, dans l’espace urbain. Plus généralement, ma réflexion s’inscrivait dans une démarche visant à comprendre comment le fait religieux s’adapte à la condition urbaine contemporaine.

J’ai débuté en janvier 2011 un stage postdoctoral au CEETUM (Montréal) au cours duquel je souhaite approfondir un point abordé durant ma recherche doctorale : les relations entre les communautés évangéliques et les services de l’urbanisme dans les mairies d’arrondissements de Montréal. En effet, les mutations du paysage religieux québécois, liées à l’immigration, conduisent à l’émergence de nouvelles demandes en termes urbanistiques. Ceci oblige les services de l’urbanisme à revoir leurs propres catégories du religieux et des espaces cultuels. En privilégiant une approche néo-institutionnelle, j’aimerais ainsi conduire une réflexion dans deux directions: comment les communautés évangéliques et pentecôtistes issues de l’immigration s’adaptent aux contraintes urbanistiques, alors même que leurs responsables ne les connaissent pas toujours, et comment les agents municipaux appréhendent et gèrent ces demandes inédites.

Quelques textes disponibles en ligne :

Mon Blog : http://geographie-religions.com/blog/

________________________________________________________________________

Samir Amghar

Diplômé de droit et de science politique (Université de Bourgogne et Paris I-La Sorbonne), Samir Amghar est titulaire d’une thèse de doctorat en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris. Sa thèse porte sur les dynamiques de réislamisation et les transformations de l’islamisme en Europe. Il s’est notamment concentré sur l’étude de deux formes rivales d’islam militant, le salafisme et les Ahbâsh. Il est membre de l’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman à Paris (IISMM-EHESS) et consultant pour le ministère de la Défense suisse. Il a, entre autres, dirigé la publication d’un ouvrage collectif intitulé Islamismes d’Occident. État des lieux et perspectives(Paris, Lignes de repères, 2006), dirigé un dossier de Maghreb-Machrek (194, hiver 2007/ 2008) et co-édité European Islam : The Challenges for Public Policy and Society(Bruxelles, CEPS/OSI, 2007). Dans le cadre de son postdoctorat au sein du CÉRIUM pour l’année 2010-2011, Samir Amghar travaille sur l’émergence et le développement du salafisme en Amérique du Nord. Sa recherche tente de faire le point sur les stratégies, méthodes et discours employés par ce mouvement pour s’imposer dans le champ islamique nord-américain.

Ses domaines de recherche :
  • Islam en Europe : Dynamiques de réislamisation, mouvements néo-fondamentalistes et terrorisme islamique.
  • Afrique du Nord : Islam politique, sociétés civiles processus de démocratisation et guerres et résolution de conflits dans le monde arabe.

Ses principaux articles :

  • (2010). « Les partis islamistes au Maghreb : Essai de typologie. »  L’Année du Maghreb.  Paris : CNRS Editions, p. 325-336.
  • (mars-avril 2010). « Le niqâb : quelles significations pour celles qui le portent ? » Le Monde des religions, p. 6-11.
  • (janvier 2010). « Le niqâb pour s’affirmer.» Projet,  314:  19-25.
    www.ceras-projet.org/index.php?id=4196
  • (janvier 2010). Avec Patrick Haenni,  « Le mythe renaissant de l’islam conquérant. » Le Monde diplomatique, p. 2-3.
  • (2009). « Ideological and Theological Foundations of Muslim Radicalism in France. » In Michael Emerson (dir.)  Ethno-Religious Conflict in Europe. Typologies of Radicalisation in Europe’s Muslim Communities. Brussels: Ceps edition, pp 27- 50. www.ceps.eu/book/ethno-religious-conflict-europe-typologies-radicalisation-europes-muslim-communities
  • (2009).  Avec Patrick Haenni, « La conquête de l’Ouest n’aura pas lieu. » In Patrick Haenni et Stéphane Lathion (dirs.) Les minarets de la discorde. Paris: Infolio, p. 51-66 .
  • (2009). « L’Europe, nouvelle terre d’influence des Frères musulmans. »  Politique étrangère, 2: 377-388.
  • (2008). « Le salafisme en France : de l’instauration de l’Etat islamique à la révolution conservatrice. »  Critique internationale, 42 : 95-113.
  • (2008). « Europe puts Islamists to the Test : The Muslim Brotherhood. » Mediterranean Politics, 13:  63-77.
  • (2008). « Les formations islamistes en Algérie : structures révolutionnaires ou partis de gouvernement ? »  Maghreb-Machrek, 194 : 12-32 .
  • (2007). « Le salafisme au Maghreb : menace pour la sécurité ou facteur de stabilisation politique ? »  Revue internationale et stratégique,  67: 42-51.
  • (2007). « Salafism and Radicalisation of Young European Muslims. » In Samir Amghar, Amel Boubekeur, et Michael Emerson (dirs.)European Islam: Challenges for Society and Public Policy. Bruxelles: Ceps édition, pp. 38-51.
  • (2005). « Les salafistes français : une nouvelle aristocratie religieuse. »  Maghreb-Machrek, 185: 13-32.
  • (2003). « Rap et islam : quand le rappeur devient imam. » Hommes et Migrations, 1243: 78-86.

_____________________________________________________________________________

Étudiants à la Maîtrise

Alix Caulier-Lortie

Dans le cadre de ma formation universitaire, j’ai d’abord complété un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales puis, un certificat en anthropologie, tous deux réalisés à l’Université Laval, à Québec. J’ai, par la suite, décidé d’entreprendre une maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal, sous la direction de Valérie Amiraux. Au sein des activités dela Chairede recherche en étude du pluralisme religieux, je participe principalement aux séances d’autoformation rattachées au projet Pluradical afin d’acquérir des connaissances et des compétences liées aux thématiques qui y sont abordées.

Par le biais de mes études de deuxième cycle je désire, avant tout, explorer et développer une compréhension sociologique fine des phénomènes urbains contemporains et, plus particulièrement, ceux liés à l’immigration et à la diversité culturelle. Ma réflexion porte principalement sur la cohabitation interethnique à l’échelle des quartiers, la mixité sociale, la ségrégation socio-spatiale ainsi que sur les imbrications entre l’environnement physique et le développement de liens de sociabilité, notamment au sein des espaces publics.

 

_____________________________________________________________________________

Véronique Lauzon

Je suis détentrice d’une maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal. Auparavant, j’avais fait un baccalauréat en communication politique et un mineur en études arabes. Mes intérêts de recherche sont les études ethniques, les rapports entre majoritaire et minoritaires, les mouvements féministes issus des groupes minoritaires, les communautés arabes et musulmanes en Occident et la place de la religion dans l’espace public.

Dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, je me suis intéressée aux discours et aux modes d’actions et d’initiatives des femmes de culture musulmane engagées dans l’espace public québécois vis-à-vis du discours dominant qui s’appuie sur des stéréotypes négatifs et qui dépeignent les femmes musulmanes comme des êtres «soumis» et «passifs». Par leur engagement, ces femmes contreviennent à ces catégorisations dépréciatives. Ainsi, elles voient un écart entre leur identité «réelle» et l’identité «attribuée par autrui». Partant de ce postulat, je cherche à savoir comment elles interagissent avec ces représentations stéréotypées par lesquelles elles sont caractérisées dans la société québécoise, mais auxquelles elles ne correspondent pas. À partir d’entretiens semi-dirigés avec plus d’une douzaine de femmes de culture musulmane engagées, je vise à démontrer que celles-ci élaborent des «stratégies identitaires» en réaction au discours dominant que ce soit, pour certaines, participer à celui-ci parce qu’elles y adhèrent ou, pour d’autres, contester ce discours dominant parce qu’elles les rejettent. Figures de «passeurs des frontières», ces femmes révèlent la porosité des frontières entre majoritaire et minoritaires puisque les premières vont privilégier des stratégies orientées vers la «similarisation» au groupe majoritaire tandis que les secondes seront davantage conduites vers la «différenciation» du majoritaire. Quoi qu’il en soit, la mise en place de ces stratégies permettra à ces femmes d’exprimer leur agentivité et de revendiquer leur identité «réelle».

Depuis 2010, j’ai eu le privilège de présenter l’avancement des résultats de mon mémoire à quelques colloques :

  • Mai 2011, Québécoises musulmanes engagées: entre identité «réelle» et identité «attribuée», 79e Congrès de l’Acfas.
  • Février 2011, Québécoises musulmanes engagées: entre identité «réelle» et identité «attribuée», 13e Colloque du Ceetum pour étudiants et jeunes diplômés.
  • Février 2010, Femmes musulmanes engagées dans l’espace public québécois : réflexion sur deux profils idéal-typiques, 12e Colloque du Ceetum pour étudiants et jeunes diplômés.

_____________________________________________________________________________

Étudiants au Baccalauréat

 

Karine Ménard-Hogan

J’ai effectué mes études en sociologie à l’Université de Montréal et m’apprête à compléter la dernière année de mon baccalauréat à l’Université de Santiago au Chili à partir de décembre 2012.Je m’intéresse notamment à la situation des autochtones au Canada et en Amérique Latine, aux relations ethniques dans une perspective post-coloniale, ainsi qu’à la situation des minorités ethniques et religieuses en contexte nord-américain. Je compte poursuivre à la maîtrise en à mon retour du Chili et souhaite réintégrer l’équipe de PLURADICAL dans le but de faire avancer la recherche et les idées des chercheurs avec les connaissances acquises sur le terrain chilien.

Get Adobe Flash player